France Lavoie

Cofondatrice, Vice-présidente de Directrice Générale de Dévicom

France Lavoie est une entrepreneure Québécoise inspirante! Co-fondatrice, vice-présidente, et directrice générale de DEVICOM depuis 1989, elle préconise une approche stratégique globale des Technologies de L’Information où l’humain est à l’avant-plan. Elle a assuré la présidence de plusieurs Conseils d’Administration de groupements d’affaires réputés et s’implique dans de nombreuses causes sociales et humanitaires tant régionales que provinciales. Avec l’audace et la créativité des idées, le courage du coeur et l’aptitude à bien s’entourer, elle a les qualités de ceux et celles qui font une différence en ce monde.

https://www.devicom.com/ – Tremplin vers la Transformation Numérique

Pour rester en contact:

La Lettre Privée Tribu Digitale

Recevez les derniers épisodes de RévolutionDigitale directement dans votre boite, et bien plus...

COMPTE-RENDU DE L’ÉPISODE

[00:01:35] Intro
[00:03:56] Projet du Moment – Dévicom, un pionnier au Québec
[00:06:05] L’Appel à l’Aventure – Le hasard d’un café internet au bon moment
[00:08:10] Les Tribulations – De la récession à la restructuration
[00:10:58] La Révélation – La mise en place d’un modèle d’entreprise libérée
[00:12:15] Le Triomphe – Vivre dans le moment présent, mais aussi…
[00:12:42] Les Questions Flash
[00:15:22] Le Bouquet Final

Transcription complète de l'épisode

François Paul Lambert: Aujourd’hui nous allons au Québec et mon invitée est une entrepreneure passionnante et inspirante! Co-fondatrice, vice-présidente, et Directrice Générale de DEVICOM depuis 1989, elle préconise une approche stratégique globale des Technologies de L’Information où l’humain est à l’avant-plan.  Elle a assuré la présidence de plusieurs Conseils d’Administration de groupements d’affaires réputés et s’implique dans de nombreuses causes sociales et humanitaires tant régionales que provinciales. Avec l’audace et la créativité des idées, le courage du coeur et l’aptitude à bien s’entourer, elle a les qualités de ceux et celles qui font une différence en ce monde. Tribu Digitale, je suis très honoré d’accueillir aujourd’hui: France Lavoie

France bonjour!

France Lavoie: Bonjour! C’est un plaisir!

FPL: Etes-vous prête à nous inspirer aujourd’hui?

FL: On va essayer.

FPL: Je viens de donner un petit résumé de qui vous êtes à la Tribu Digitale. Voulez-vous y rajouter quelque chose, et est-ce que vous pouvez nous donner un petit aperçu de votre vie personnelle?

FL: Oui, moi je viens de science – santé, je n’avais aucune prédisposition à aller dans les technologies. Et j’ai rencontré un conjoint qui était ingénieur en technologie et en informatique, et c’est comme ça que je suis rentrée dans le monde de l’informatique. Et j’adore le travail qui est de la stratégie technologique, puis ma force c’est les finances. ça c’est vraiment ma force.

FPL: Alors j’ai aussi lu sur Internet que vous étiez une mentor pour entrepreneurs. C’est quoi pour vous un mentor? Et pourquoi est-ce que c’est important?

FL: Premièrement moi quand j’ai commencé en 1995, j’ai ouvert un café internet, et il y avait deux cafés internet au Québec, à l’époque.  Et il y avait un café à Paris, Orbital, puis il n’y avait pas d’autre café internet dans le monde C’était très nouveau. Et j’ai fait « essais-erreurs », tout le monde ne connaissait pas l’informatique, et voilà je les sensibilise. Et je me suis toujours dit que je voulais redonner aux gens, parce que « essai-erreur » ça prend du temps à arriver avec du succès. Tandis que quand tu prends un mentor, plus tu es mentoré, c’est sûr que ton succès arrive plus vite. On travaille les forces, on travaille avec l’entrepreneur, pour qu’il apprenne à se connaître. Etre entrepreneur, c’est apprendre à se connaître. Mieux au se connaît, plus on peut performer. Quand on sait nos faiblesses, on s’entoure des gens qui sont bons. Je dis toujours qu’être mentor, c’est aider une personne à devenir ce qu’elle est.

FPL: Tribu Digitale, être entrepreneur c’est apprendre à se connaître. France, ici, est-ce que vous pouvez nous en dire peut-être un peu plus aussi sur votre votre société Dévicom. Par exemple comment est-ce que vous générez vos revenus? Et pourquoi est-ce que vous avez choisi ce business model?

FL: Je pense que le business model nous a vraiment trouvés tout seul. C’est une entreprise de services-conseils, dans un premier temps. Et l’entreprise a toujours accompagné des grandes entreprises puis de plus petites entreprises. Notre modèle d’affaires est sur l’innovation. On était dans un centre de recherche d’une grosse entreprise dans les cent plus grosses au monde.

Puis on était là pendant dix ans, on travaillait avec les chercheurs. On intégrait les technologies des chercheurs avec les PC de l’époque, et ça, ça nous a fait ouvrir. On a toujours été précurseurs des technologies;

Ce qui fait qu’aujourd’hui, on est vraiment des experts d’intégration de solutions technologiques pour accompagner les PME innovantes dans leurs projets de complexité et à haut risque. C’est vraiment notre force. On n’a pas peur de changer. La seule chose qui stagne, dans mon organisation, c’est le changement.

C’est l’innovation. Faut aller vers l’innovation. On est allé chercher l’internet, on l’a amené les premiers en région, on a fait les premières vidéo-conférences en région, on a été les premiers à installer du [NT4] en région, on a été les premiers à ouvrir un café internet en région. Dernièrement on vient d’amener le LiFi dans la région.

Le micro-ondes, le WiMax quand ça a été à jour, le wifi, on amène toujours la technologie un petit peu avant les gens. La semaine passée, on a fait sondage. On est en élections pour un nouveau maire. Il y a quatre candidats. Et on a fait un sondage sur la Ville Intelligente, lequel des maires se positionnait sur la Ville Intelligente. Et on a créé un nouvel enjeu maintenant, qui est la Ville Intelligente, qui est incontournable. On aime bouger mais pour amener la technologie à l’humain.  Mais le plus gros bénéfice, c’est le citoyen. Moi j’aime créer des projets porteurs. Puis je me dis il va me revenir ce qui doit revenir.

FPL: L’innovation et le changement, pour l’humain. Tribu Digitale, gardons ça à l’esprit, car nous allons maintenant explorer le parcours entrepreneurial de France. Le voyage qui l’a amenée là où elle est aujourd’hui. Alors France, commençons par cette question: nous l’appelons « l’Appel à l’Aventure. » Quand avez-vous su au fond de vous, que vous voulez devenir entrepreneure; et si vous ne vous êtes pas lancée tout de suite, qu’est-ce qui vous a retenue?

FL: J’ai jamais eu, moi, d’appel à l’entrepreneuriat.

Ma première entreprise, qui était [EnviroVision], qui est encore un entreprise que j’ai, qui était mon café internet, je l’ai fait pour créer un job à ma soeur. Six mois après, elle était partie. J’avais aucune connaissance des cafés Internet, puis mon objectif était de rendre l’Internet disponible à tous. Mon fils commençait la maternelle, et je me souviens à la maternelle, il y avait un vieil ordinateur, un vieux 486 à l’époque. Et il ne voulait même pas jouer avec l’ordinateur il trouvait ça trop désuet. Et je me suis dit: « C’est ça l’informatique des écoles? ». C’est pour ça que j’ai ouvert un café internet. Quand les gens arrivaient au café internet, il me demandaient: « c’est quoi Internet? », parce qu’on est dans les années 1995. Je leur disais: « Internet est aussi important que si vous ne saviez pas lire ni écrire ». Et ils me regardaient comme si j’étais complètement folle. Et là, je leur montrais c’est quoi Internet. On avait des guides, on avait acheté des livres, il y avait des livres sur Internet, parce qu’il n’y avait même pas d’outil de recherche.

J’ai eu à peu près tous, les médias, les professeurs… Tout le monde est venu, j’ai tellement donné de cours, de formation dans ce lieu-là, à l’époque. Le café internet a été ouvert jusqu’en 2008. Il a été ouvert très très longtemps. C’était pas rentable du tout, mais c’était tellement une belle plateforme d’échange. C’était comme un lieu neutre, où mes clients de Dévicom venaient.

Les jeunes venaient, puis on avait ouvert des « Clairs de Lune », comme on les appelait. Ils arrivaient à 9h le soir, avec leurs chips et leurs liqueurs. Je ne vendais même pas de chips et de liqueurs. Vous voyez, j’ai toujours donné à la société. Je suis comme ça.

FPL: Maintenant France, parlez-nous un peu de votre pire moment en tant qu’entrepreneure.

FL: J’ai deux échecs, mais de deux manières différentes. Dans un premier temps, il y a eu une première récession qui était en 2008, qui était difficile, il fallait faire des mises à pied. De cet échec, j’ai pas retiré vraiment de leçons. En 2014-2016, moi j’ai acheté un édifice à Chicoutimi, je montais un projet de 2.2 millions d’investissement.

Et l’entreprise connaissait un début de croissance, à ce moment-là. Et je me disais: « waow, 28 ans d’existence – à l’époque c’était plutôt 25, non 24 ans –  et là je me disais, on est parti dans une classe d’affaires genre Google, style « urbain » à Chicoutimi, c’était novateur. Mais il y a eu le ralentissement économique, il y a eu notre gros client, Rio Tinto qui nous paye dans les 180 jours, les coûts de projets qui ont défoncé, et les bureaux ne sont pas fermés, tout le monde est ouvert parce que je voulais ajouter du collaboratif. Et je me suis aperçue que mon équipe ne travaillait pas en équipe, ils étaient tous les pieds dans leurs pantoufles, et ils ne voulaient plus innover. Non, on est une d’innovation depuis tout le temps, et là je me disais: « Mais qu’est-ce qu’on va faire avec ça? »

Ce que j’aimais le plus dire à tout le monde, c’est mon taux de rétention de mes ressources était rendu à un chiffre énorme. Mais là j’avais des ressources qui ne voulaient pas innover. C’était des êtres exceptionnels, mais malheureusement ils n’étaient plus adaptés à l’organisation. Et ça c’était quelque chose. J’étais allée suivre un cours d’innovation à l’époque, et là j’ai regardé les « phases » parce que je fais du mentorat  5 ans, 10 ans, 15 ans, et là 20-25 ans ça s’appelle la phase de deuil de l’organisation. Puis là je disais je vais y arriver, je vais y arriver. On a fait des tests psychométriques, on a accompagné nos employés, on a vraiment travaillé très très fort à mettre en place un style de gestion différent, puis amener le changement dans l’organisation. Parce que si on avait pas vu ça, on aurait mis l’entreprise à risque. Ma plus grosse leçon, ça a été le lâcher prise sur les personnes toxiques, puis de les laisser partir. Et ça, ça a été le plus gros, une des plus grosses leçons. En 2014, j’ai appris mon leadership de courage, c’est avoir le courage de dire aux gens qu’ils ne vont plus pour l’organisation.Et ça, ça a été la leçon que j’ai le plus retenue. ça a été aussi ce qui a été le plus bénéfique pour mon entreprise, d’avoir trouvé le courage de faire ça, ça a donné un envol incroyable à mon entreprise. Et c’est là que j’ai trouvé une nouvelle manière de gestion.

FPL: Alors, France, que s’est il passé ensuite? Vous avez eu ces moments où vous avez compris, vous avez pris vos leçons. Et vous avez commencé à faire des changements, alors. Quand est-ce que les choses ont réellement commencé à basculer en votre faveur et que les choses ont commencé à remonter la pente, j’ai envie de dire?

FL: Premièrement j’ai changé de structure organisationnelle. Je suis allée vers une entreprise libérée, j’ai dit: « c’est terminé, la mode hiérarchique chez nous. Tous les postes de direction ont été coupé dans l’organisation, et on est allé vers une inspiration en mode collaboratif, avec la gestion par les cercles. S’il y a un noeud, c’est moi qui gère le noeud. Ils viennent me voir. S’ils ne sont pas capables dans le cercle, tous ensemble de travailler à gérer le noeud, ben là ça monte dans mon bureau. Puis là on travaille ensemble: comment, c’est quoi que vous auriez pu faire pour défaire le noeud. C’est un mode de coaching, et c’est un mode collaboratif. C’est vraiment un mode ouvert, où tout le monde peut donner sa créativité, puis faire enfin évoluer Dévicom. Je dis toujours à tout le monde, « trouver le cadeau dans le chaos », toutes les fois qu’il y a  soi-disant un désordre, trouver le cadeau dans le chaos. Puis les gens disent « Ok, merci », et repartent avec ça.

FPL: Tribu Digitale,  trouvez le cadeau dans le chaos. Alors France, vous avez déjà plus parlé des leçons que vous avez retirées, mais si vous pouviez résumer la leçon clé que vous avez retirée de votre expérience, quelle serait-elle. Je veux dire, en quelques mots, que pensez-vous que la Tribu Digitale doive vous retenir comme leçon de votre expérience?

FL: Vivre notre moment présent. Ouverture d’esprit. Suivre ses intuitions. Lâcher prise.

FPL: Tribu Digitale, vivez votre moment présent, suivez votre intuition et lâchez prise. France, merci beaucoup. Nous sommes maintenant arrivés à la partie des questions Flash. Ici je vous pose une série de questions en rafale et vous me répondez en allant à l’essentiel. Etes-vous prête?

FL: Oui.

FPL: Quelle est votre définition du succès?

FL: Le succès pour moi, c’est être soi-même. Etre libre. La liberté.

FPL: A quoi ressemble votre journée type?

FL: Etre au service, à l’écoute de mes employés, de mes clients.

FPL: Est -ce que vous êtes quelqu’un qui se lève plutôt tôt ou plutôt tard?

FL: 5h du matin.

FPL: Ah oui c’est plutôt tôt, ça.

FL: Oui, je suis du matin.

FPL: Si vous deviez recommander un livre pratique quel serait-il? Et pourquoi?

FL: Tantôt je me suis posée cette question, et je n’ai pas de livre pratique. J’aime beaucoup les écrits de Monsieur Jacques Salomé. Et Nicole Bordeleau.

FPL: Quels outils ou applications, productivité ou autre, utilisez-vous régulièrement?

FL: On est sur Outlook, dans l’organisation. Le Outlook, mes courriels, c’est ce qu’il y a de plus important. Puis bien entendu, j’ai quand même une bonne présence sur les médias sociaux.

FPL: Qu’est-ce qui vous inspire ou vous passionne en ce moment? Quels sont les domaines qui vous paraissent prometteurs?

FL: C’est les Villes Intelligente, ça c’est quand même quelque chose pour la société qui va amener énormément d’aide à la société. Puis tout ce qui est prometteur, aussi, c’est tout le côté des usines intelligentes, puis la croissance personnelle: on ne peut pas être entrepreneur et ne pas penser à se définir en croissance personnelle.

FPL: Et la dernière, c’est la question « Back in Time », c’est ma préférée. Imaginons que vous ayez l’opportunité de remonter le temps et vous vous retrouvez face à votre « vous » de 18 ans. Vous n’avez que cinq minutes avant que le portail temporel ne vous ramène au présent. Avec l’expérience que vous avez maintenant, que vous diriez-vous? D’un point de vue pratique, quels plans ou conseils précis donneriez-vous à votre jeune alter ego pour réussir, qui n’implique pas d’acheter des billets de Loto, des paris sportifs, ou d’investir en bourse, car ça serait trop facile.

FL: Faire confiance à intuitions. Savoir s’entourer des meilleurs. Se remettre en question. Pas avoir peur. Rester humble. Aimer les gens, la famille, tes amis, tes clients, tes partenaires, de manière inconditionnelle.

FPL: Tribu Digitale, vous l’avez entendu: faites confiance à votre intuition, entourez-vous bien. Restez humble. France, nous sommes maintenant arrivés à la fin de l’épisode. Merci, vraiment, d’avoir généreusement partagé avec nous toutes ces informations. Tribu Digitale, j’espère que vous avez bien pris note. Je sais qu’il y en a parmi vous qui hésitent encore à se lancer, et j’espère que l’aventure de France vous inspira à faire le grand saut. Alors à ce titre France, pour le mot de la fin: Que diriez-vous à nos auditeurs de la Tribu Digitale qui hésitent encore à se lancer en tant qu’entrepreneur, ou qui se sentent bloqués. Si vous aviez un seul conseil à leur donner, quel serait-il?

FL: Trouvez votre passion. Cela amène l’énergie pour vaincre toutes les embûches. La persévérance, l’humilité, la transparence, la franchise et l’honnêteté.

FPL: Tribu Digitale, trouvez votre passion! France, vraiment, merci! Ce fut un plaisir et un honneur de vous avoir parmi nous aujourd’hui. Alors, avant de nous quitter, dites-nous comment rester en contact avec vous sur les réseaux sociaux ou ailleurs.

Et si vous avez une annonce à faire, la Tribu Digitale vous écoute.

FL: Je suis sur tous les réseaux sociaux. Vous tapez « France Lavoie, Dévicom », je suis très visible. Et je n’ai pas d’annonce à faire. Je laisse gérer cet aspect-là à l’univers. Je me dis que chaque petit bout de chemin que je fais, m’amène vers un autre petit chemin, qui est encore plus merveilleux. Puis chaque, un autre petit bout de chemin, me fait vivre encore un autre, plein d’histoires merveilleuses. Et le parcours avec vous, j’ai trouvé ça vraiment génial. ça m’amène une autre petite histoire différente, je trouve ça génial, merci.

FPL: Et bien nous aussi, France, merci beaucoup! Tribu Digitale, vous venez d’entendre France Lavoie partager avec vous son expérience et ses conseils, c’est à vous de jouer maintenant. Rejoignez-nous au revolutiondigitale.fr et tapez « France » dans la barre de recherche: vous aurez accès à sa page dédiée, avec toutes les informations et les références dont nous avons parlé aujourd’hui. Et bien sûr n’oubliez pas de visiter la page internet de France, et de la suivre sur ses réseaux sociaux. France, merci encore d’avoir partagé avec nous votre aventure! Au revoir et je vous retrouve en backstage!

FL: Parfait, c’est un grand honneur, merci beaucoup!

LES POINTS À RETENIR

1. INNOVER ET ÉVOLUER VERS UNE ENTREPRISE LIBÉRÉE. Un mode de gestion collaboratif, par les cercles, plus ouvert, où tout le monde peut donner de sa créativité. Trouver le cadeau dans le chaos.

2. VIVRE LE MOMENT PRÉSENT, L CHER PRISE, SUIVRE SON INTUITION. Rester humble et trouver sa passion. Cela amène l’énergie pour vaincre toutes les embûches. Développer la persévérance, la transparence, la franchise et l’honnêteté.

3. SAVOIR BIEN S’ENTOURER. Aimer les gens, la famille, les amis, les clients, les partenaires, de manière inconditionnelle.

ABONNEZ-VOUS AU PODCAST!

OUTILS MENTIONNÉS

Vous trouverez ci-dessous toutes les références des resources mentionnées durant l’épisode!

APPLIS

Liste des applis mentionnées durant l’épisode.

LIVRES

Liste des livres mentionnés durant l’épisode.

Livres de Nicole Bordeleau

(Considérée comme l’une des principales références au Québec sur le mieux-être)

AUTRES

Autres resources mentionnées durant l’épisode (événements, sites web, etc.)

L'entreprise libérée

Quelques principes de départ.

La Ville Intelligente

Quelques notions de départ.

L’industrie du Futur, ou Industrie 4.0

Quelques notions de départ.